Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FEDERATION ORGANISATIONS AUTOCHTONES GUYANE - FOAG

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG

13 Mars 2012 , Rédigé par FEDERATION ORGANISATIONS AUTOCHTONES GUYANE- FOAG

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

RESOLUTIONS SPECIFIQUES 

Le IV ème congre des organisations autochtones de Guyane réuni en congres général  

Du, 01 au 3 juillet 2010  au centre kalawasi – Kourou 

Après avoir entendu les rapports des représentants sur la situation de leurs peuples: 

 

RESOLUTION SPECIFIQUE N°1 

SUR LES DROITS TERRITORIAUX ET LES ACCES AUX RESSOURCES NATURELLES 

1.  De  lancer  un  appel  au  dialogue  constructif  entre  les  autorité   coutumières,  les 

organisations, les municipalité et l’état sur la situation des terres , dont les demandes ont 

été formulés depuis au moins à partir des années  1992/1995  et portant sur les zones de 

subsistance  , de concessions et de cessions prévus par le code du domaine de l’état : 

Tableau 2 : demandes en attente : 

 

N° Communauté                                Date   demande                          Superficie                              Commune 

1 Kali’na                                         11/03/92                                            17.500 ha                              Mana 

2 Palikurs                                          19/08/92                                            3.000 ha                              Régina 

4.Kali’na                                            01/12/93                                         82.000 ha                              Iracoubo 

5. Arawak                                        04/07/95                                             5.425 ha                              Mana 

6. Wayana                                   Juillet 96 (oral)                                    100.000 ha                             Maripasoula- 

7. Palikurs                                     27/07/94                                                1.400 ha                                 Saint-Georges 

2.  D’appliquer  les  dispositifs  du  décret  de  1987  relatif  à  la  constatation  des  ZDU, 

concessions et cessions  aux peuples autochtones de Guyane.  

3.  D’inclure au sein de la commission d’attribution le conseil consultatif des populations 

amérindiennes et bushinenge. 

4.  Nous,  nous  engageons  à  réaliser urgemment un  atelier  juridique parrainé  par  la 

fédération  Lokono  de  Matoury  inhérent  aux   impacts de  la  fiscalité dans  le  cadre  de 

l’application du décret de 1987, ainsi que  les problématiques  de  prescription  ou  de  la 

situation de communautés établis sur des terres  déjà en propriété.  

5.  D’examiner et valider les nouvelles demandes, ainsi que les demandes d’extension des 

ZDU formulés par les peuples autochtones de Guyane. 

6.  Notamment  la demande  de  la  collectivité  Pahikweneh  (Espérance-Gabaret-Trois 

Palétuviers) et portant sur une  superficie minimum de 20 000 hectares comme zone de 

droits traditionnels sur la commune de St Georges de  l’Oyapock et sur la commune de 

Ouanary. 

7.  La communauté à travers l’autorité coutumière doit formuler par une procédure approprié 

le  mandatement  à  un  organe (association ou société) permettant l’application  du  décret 

du, 06 avril 1987 du code du domaine de l’état applicable en Guyane.  

8.  Nous  exigeons  une  reconnaissance  juridique  des  autorités  coutumières  qui  sont 

garant de l’intégrité, d’usage sur les terres et les ressources naturelles.  

9.  Nous  exigeons  de  l’état  de  cesser  immédiatement  ses  manœuvres  visant  à 

renforcer  les  associations  foncières  qui  ne  respectent  pas  les  normes et  les 

compétences  des  autorités  coutumières,  notamment  dans  le  cas du  village  de 

Balaté, sur la commune de St laurent du Maroni. 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

RESOLUTION SPECIFIQUE N°2 

SUR L’ORPAILLAGE ILLEGAL DANS LES TERRITOIRES 

AUTOCHTONES DU SUD DE LA GUYANE 

1.  Considérant que les efforts de l’état pour assurer leur présence sur le  terrain ne 

sont pas adaptés. 

2.  Considérant que les impacts sur la santé, les eaux et l’insécurité sont grandissant 

confirmé par de nombreuses études et expertises indépendants et publics.  

3.  Affirmons  que  la  coopération  de  nos  organisations  autochtones est nécessaire 

dans la localisation et la lutte contre ce fléau. 

4.  Réaffirmons  fermement  la  volonté  de  nos  autorités  à  refuser  toutes  les  activités 

liées  à  l’orpaillage  illégal  et  aux  industries  extractives  sur  nos  territoires 

ancestraux. 

5.  Nous appelons a l’application et au respect de l’arrêté préfectorale de 1970 /77  

relatif à l’accès réglementé aux territoires de l’intérieur. 

6.  Nous demandons que  la  décision d’autoriser l’accès en zone réglementé 

(arrêté préfectoral de 1970/1977)  soit en avis conforme et collégiale entre le 

préfet, le Maire et les chefs coutumiers pour Camopi-Trois sauts  et en pays 

Wayana. 

7.  Nous exigeons que la France prenne toutes les  initiatives immédiates avec l’Etat 

fédéral du Brésil  et du Suriname pour éradiquer les organisations  mafieuses et 

criminelles  liées à l’orpaillage illégal. 

8.  Nous exigeons l’inclusion de représentants autochtones au sein des commissions 

transfrontalières établies par l’état. 

9.  Nous appelons à une coopération de l’organisation indigène du Suriname-O.I.S, 

et  conseil  national  des  chefs  à  faire  valoir  cette  demande  auprès  du 

gouvernement du Suriname. 

10. Qu’il soit mise en place des patrouilles communes afin de lutter contre ce crime à 

l’environnement. 

11. Nous exigeons un dispositif de traçabilité de la commercialisation de l’or en 

Guyane comme un moyen de lutte. 

12. L’état  doit  mobiliser  des  moyens  adéquats  avec  nos  organisations  pour  la 

réparation  et la remise en état des  sites écologiques impactés par cette activité 

illégale. 

 

 

 

 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

RESOLUTION SPECIFIQUE N°3 

INTERGOUVERNANCE ENTRE LES ORGANISATIONS AUTOCHTONES  ET 

DES INSTITUTIONS DE L’ETAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. 

1.  Considérant que jusqu'à aujourd’hui, les normes de protection de nos droits 

fondamentaux ne trouvent pas le niveau de garanti en Guyane. 

2.  Nous affirmons que notre responsabilité pour  l’intérêt de nos générations futures 

et de parvenir à la réformes de loi discriminatoires. 

3.  Nous  confirmons  nos  droits  stipulés  dans  la  déclaration  des  droits  des  peuples 

autochtones des nations unies ratifié par la France. 

4.  Nous  nous  engageons à  accentuer  la  formation   de nos  cadres,  de  nos 

communautés     dans  les  domaines   des  droits de l’homme, des  droits des 

peuples autochtones,  

5.  Nous  lançons  un  appel à  partenariat pour  le  renforcement  de  capacités,    avec 

d’autres peuples autochtones disposant d’universités sur les droits des peuples 

autochtones.   

6.  Nous affirmons notre volonté de reformer les institutions par des modalités et de 

mobilisation politiques.  

Concernant : 

1.  L’ETAT : Nous exigeons un dialogue immédiat avec le représentant de l’état en 

Guyane sur les problèmes affectant nos communautés autochtones et leur ordre 

de mission sur  la question autochtone en Guyane 

2.  Nous demandons une audition au sénat, a l’assemblée nationale, aux ministères 

compétents pour la prise en compte des intérêts liés aux terres traditionnelles  et 

des institutions autochtones dans la perspective d’une collectivité unique. 

3.  L’établissement  d’une  journée  des  peuples  autochtones  en  Guyane 

conformément à la résolution de l’assemblée générale des nations unies. 

4.  LES  INSTANCES  JUDICIAIRES :  Considérant  que  la  coutume participe  à 

l’évolution de la jurisprudence et, de la pluralité de normes juridiques existants en 

Guyane, nous lançons un appel à l’établissement d’un dialogue constructif et 

permanent avec les autorités judiciaires présentes en Guyane. 

5.  LA COMMUNE:  Nous  exigeons  le  respect,  la   prise  en  compte  des  terres 

traditionnelles,  des  cimetières,  des  sites  sacrés  et  archéologiques dans  les 

schémas d’aménagement des collectivités communales. 

6.  Nous exigeons que les demandes de réserves foncières communales n’affectent 

pas  les  intérêts  fonciers  des  communautés  qu’y résident,  elles  doivent  être 

consensuelles avec avis conformes des chefs coutumiers, en partenariat égale et 

de bonne foi. 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

7.  LE CONSEIL GÉNÉRAL: les chefs coutumiers n’ont pas vocation à être dépendant 

des obédiences idéologiques des partis politiques, mais assument une mission de 

service public, et en l’absence de structures de l’état, un rôle majeur de la 

souveraineté de l’état français. 

8.  Nous exigeons que les chefs coutumiers donnent obligatoirement leurs avis dans 

les  projets  de  délibérations,  les  orientations  politiques  pouvant  les  affecter 

directement ou indirectement sur leurs territoires.par ex : le drapeau adopté par le 

conseil général de la Guyane./ la dénomination de l’aéroport Cayenne Sepelu… 

9.  Leur  participation  doivent  être  subsidiaires de  la  collectivité et  leur  octroyer des 

moyens logistiques adéquats, notamment sur la vallée du Maroni, d’Oyapock et 

sur  le littoral, la  ou  sont  implantés  les  CAIT  ou  UFT  du  Conseil  Général  de  la 

Guyane. 

10. Nous demandons la création d’un service compétent et  de  chargés de mission 

permanents auprès de la délégation aux affaires coutumières du Conseil General 

de la Guyane. 

LE CONSEIL RÉGIONAL  

1.  Les  compétences  du  conseil  régional  pour  une  large  part  impactes  les  terres  et 

les ressources naturelles des peuples autochtones de Guyane. 

2.  Les  autorités  coutumières  doivent  obligatoirement  donner  leurs  avis  en 

connaissance de cause sur les schémas d’aménagements régionales : tant dans 

les  domaines  de  la  biodiversité,  des  mines,  industries  extractives,  des  eaux 

intérieurs, transfrontaliers, de la mer, des ressources halieutiques , de l’énergie, 

des forets, des aires protégés, des zones humides , de santé, et les coopérations 

régionales, de relations internationales , notamment d’une représentation formelle 

des  peuples  autochtones  de  Guyane  au  sein  de  l’organisation  du  traité 

amazonien. 

3.  Les rapports d’études et d’expertises commandités par la région Guyane doivent 

rendu accessibles obligatoirement aux organisations autochtones de Guyane.  

 

 

 

 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

RESOLUTION SPECIFIQUE N°4 

DEVELOPPEMENT AVEC L’IDENTITE ET L’ECONOMIE 

1.  Considérant  que  les  peuples  autochtones  de  Guyane  ont  toujours  maintenus 

leurs économies en accord avec leurs identités et leurs territoires. 

2.  Considérant que les écosystèmes les plus riches en Guyane sont conservés par 

les  peuples  autochtones  de  Guyane  comme  le  démontre  l’implantation  de 

nombreuses aires protégés et des spéculations sur les ressources extractives sur  

nos territoires. 

3.  Nous exigeons la  prise en compte de nouvelles normes visant l’exercice de nos 

droits au développement en tant que peuples autochtones. 

4.  Nous  appelons  les  entreprises  autochtones,  les  projets  associatifs  ou  les 

programmes de développement à créer une organisation au sein de la fédération 

visant  à  garantir  leurs  intérêts  et  à décider  des  normes  de  la  citoyenneté  du 

secteur économiques autochtone dans le mouvement autochtone de Guyane. 

5.  Nous  proposons  que  le  conseil  de  coordination  et  le  conseil  de  direction  de  la 

FOAG  établissent une  participation  exceptionnelle  financière  annuelle   pour  les 

organisations à vocation  économique pour permettre  la  canalisation  de  fonds  et 

rétribuer  un  personnel  technique compétent dans  la  recherche  de  financement, 

notamment des fonds européens et de la coopération internationale. 

6.  Nous considérons que le monde économique autochtone peut collaborer avec les 

institutions  coutumières  à  réaliser  des  inventaires  des  ressources  naturelles  sur 

leurs territoires. 

7.  Nous appelons l’initiative économique autochtone privée à se solidariser avec le 

mouvement autochtone de Guyane. 

8.  Nous  demandons  aux  organismes  de  formation  soutenus  financièrement  par 

l’état, l’Europe, les collectivités  à  établir  des  programmes  adaptés  avec  nos 

organisations  en  vue  de  faire  acquérir  les  compétences  de  management  et  de 

protection des ressources naturelles. 

9.  Nous décidons de la création d’un fond fiduciaire en Guyane visant à soutenir nos 

organisations et la FOAG, afin de diminuer notre dépendance financière 

10. Nous lançons un appel aux dons afin de créer  ce fond fiduciaire au bénéfice des 

peuples autochtones de Guyane visant à valoriser leurs ressources naturelles. 

 

 

 

 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

RESOLUTION SPECIFIQUE N°5 

LE STATUT DES CHEFS COUTUMIERS ET LA RELATION AVEC LA GESTION 

DES TERRES ET DES RESSOURCES NATURELLES 

NOUS AFFI RMONS QUE  L’INSTITUTION POLI TIQUE DES PEUPLES AUTOCHTONES DE 

GUYANE  EST, ET, RESTE L’AUTORITE COUTUMI ERE, ELL E A VOCATION  A VEILLER A LA 

CONTINUITE DE L’ORGANISATI ON SOCIALE, ECONOMI QUES,  CUL TUREL LE ET 

SPIRI TUELLE 

1.  Nous  exigeons  le  portage  d’une  norme  juridique  par  les  parlementaires  de 

Guyane,  visant  à  établir  un  véritable  statut  juridique  concernant  les  chefs 

coutumiers et les autorités coutumières. 

2.  Les parlementaires européens  sont invités par nos organisations autochtones à 

se  saisir  du  statut  juridique  des  peuples  autochtones    et  de  nos  institutions 

politiques traditionnelles. 

3.  Nos  organisations  invitent  le  rapporteur  spécial  aux  droits  des  peuples 

autochtones  des  nations  unies, l’honorable James ANAYA à venir  en  Guyane 

française  prendre  connaissances  de  la  fragilité  des  droits  des  peuples 

autochtones de Guyane. 

 

EN DIRECTION DE NOS ORGANISATIONS: 

 

4.  Nous décidons de la  réalisation  d’une assemblée sur la revitalisation de nos 

systèmes juridiques propres ce, dans un délai le plus bref. 

5.  Nous  invitons  les  dirigeants  des  organisations  autochtones  à  respecter  et  à 

revitaliser    les  protocoles  coutumiers  en  usage  vis-à-vis  des  autorités 

coutumières. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

  RESOLUTION SPECIFIQUE N°6 

APPEL A L’ACTION POUR LA CULTURE, LES LANGUES ET LE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL 

LA   CULTURE   DES   P E UPLES   AUTOCHTONES   DE   GUYANE     SONT  I NTIMENENT  LIES   A LA  TERRE  

 

 

1.  Les langues autochtones de Guyane font partie des 400 langues autochtones existantes 

encore en Amazonie , et sont menacés de disparaitre dans les 40 années à venir . 

 

2.  Nous  exigeons,  que  les  droits  linguistiques  de  nos  peuples  soient  l’objet  de 

programme et de valorisation pérenne. 

 

3.  L’éducation et  le  systéme  scolaire  tels qu’elles sont appliqués en Guyane sont une 

cause  subjacente de  la disparition des langues autochtones. 

 

4.  Nous  demandons  la  mise en  place d’une véritable  plate  forme  de  travail  avec  les 

institutions compétentes dans ces domaines. 

 

5.  Nous,  nous    engageons  en  qualité  d’organisations  autochtones  à  développer  une 

politique visant la promotion des femmes comme pilier de la transmissions des savoirs et 

de l’éducation traditonnelle. 

 

6.  Tous  les  dirigeants  des  organisations  autochtones  doivent  dans  les  années à  venir 

maitriser une ou les six langues autochtones de Guyane pour montrer l’exemple. 

 

7.  Nous, nous engageons a développer des programmes en partenariat avec les institutions  

inhérentes aux  fléauxs sociaux 

 

8.  A former et encourager les transferts de compétences dans les domaines des sciences 

sociales y compris dans les sciences liées aux shamanismes et ses incidences sociales 

dans la revitalisation et la consolidations de nos organisations sociales . 

 

9.  L’état  en  Guyane  à  travers  le  sous  prefet  délégué  à  la  jeunesse  doit  établir  un 

programme avec des financements pluriannuels  sur ces questions de santé publique. 

 

 

IV EME CONGRES GENERAL DE LA FOAG  

 

 

RESOLUTION FINALE 

L’an deux mille dix, du 01 au 03 juillet, les organisations autochtones :  

KALI’NA-TEKO-LOKONO-PAHIKWENEH-WAYANA-WAYAPI, 

De  la  Guyane  se  sont  réunis  en  IV  ème  congrès  général  afin  de  définir les orientations politiques et perspectives pour les prochaines décennies. 

Nous,  

  En qualité de représentants mandatés des organisations autochtones,    Des autorités coutumières, 

  Et les élus présents, 

1.  Nous  confirmons  les  orientations exprimées  au  cours  de  l’histoire  par  le mouvement politique des peuples autochtones de Guyane, comme suit : 

 

  Du, 1er rassemblement des amérindiens de Guyane en 1984 (Awala- Yalimapo) 

  La 1ere conférence régionale des organisations autochtones de Guyane (Kourou) 

  Les résolutions finales du 1er, 2 ème, et 3 ème congrès des organisations des peuples 

autochtones de Guyane. 

  Nous nous félicitons et nous affirmons notre volonté de faire appliquer les normes minimales 

contenu dans la déclaration des droits des peuples autochtones  ratifies par l’assemblée générale 

des nations unies. 

Le, IV ème congrès a analysé et statué sur les enjeux pour les peuples autochtones   : 

  les droits territoriaux et les accès aux ressources naturelles 

  l’orpaillage illégal dans les territoires autochtones du sud de la Guyane 

  l’Inter gouvernance entre les organisations autochtones  et des institutions de l’état et des 

collectivités territoriales. 

  Le développement avec l’identité et l’économie 

  le statut des chefs coutumiers et la relation avec la gestion des terres et des ressources 

naturelles 

  Un appel a l’action pour la culture, les langues et le renforcement institutionnel 

 

Fait a Kourou le, 03 juillet 2010 à 20 h 40 

 

 

Fait à Kaulu, le 03 juillet 2010 

Secrétaires du IV ème Congrès 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article