Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FEDERATION ORGANISATIONS AUTOCHTONES GUYANE - FOAG

III edition des journees des peuples autochtones de Guyane

15 Août 2013 , Rédigé par FEDERATION ORGANISATIONS AUTOCHTONES GUYANE- FOAG

Déclaration des peuples autochtones de Guyane

Kali’na, lokono,Pahikweneh,wayana,Wayapi,Teko

09 aout 2013 – Cayenne Guyane française

 

Monsieur le Préfet

Monsieur le Président,

Madame le Maire de Cayenne

Aux institutions administratives et politiques de la Guyane

A la Population guyanaise  et l’opinion nationale

A nos autorités

Aux organisations

Sœurs et frères

 

 

Ces 09 et 10 aout 2013, en résonnance et en union avec nos sœurs et frères du monde , nous nous rassemblons pour célébrer les journées des peuples autochtones de Guyane, qui honorent la proclamation de l’assemblée générale des nations en 1994.

La Journée internationale des peuples autochtones (le 9 août) a été décrétée pour la première fois par l'Assemblée générale en décembre 1994   et elle a été célébrée tous les ans pendant la première Décennie internationale des populations autochtones (de 1995 à 2004).

En 2004, l'Assemblée générale a proclamé une deuxième Décennie internationale des populations autochtones (de 2005 à 2014) sous le thème d'une « Décennie pour l'action et la dignité. »

Le thème de cette année vise à souligner l'importance du respect des arrangements entre États, citoyens et peuples autochtones. Ces accords sont conçus pour faire reconnaître le droit des peuples autochtones à leurs terres, établir un cadre de vie pour tous et favoriser des échanges économiques. Ils symbolisent aussi une vision politique dans laquelle différents peuples souverains peuvent vivre ensemble sur les mêmes terres, en respectant les principes de l'amitié, de la coopération et de la paix

Ici en Guyane depuis 3 années, La région Guyane à travers son président Rodolphe Alexandre accompagne par un volontarisme  et  bonne foi la lutte pour la reconnaissance par la France des peuples autochtones de Guyane.

 

En tant que Nations et Peuples distincts et originaires de nos territoires, nous nous conformons aux lois de la nature et nous avons nos propres lois, notre propre spiritualité et nos propres visions du monde. Nous possédons nos propres systèmes de gouvernance, de savoir et de valeurs, tout comme l’amour, le respect et les modes de vie qui constituent la base de notre identité en tant que Peuples Autochtones et de notre relation avec le monde naturel.

 

Nous avons   un rôle important pour le plaidoyer et la reconnaissance des droits fondamentaux, y compris les droits humains individuels et collectifs des Peuples Autochtones, et nous avons pris part à plusieurs instances et processus internationaux. Ceci a abouti, entre autres, à l’adoption de la

Convention n°169 de l’OIT et de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples Autochtones (ci après dénommée « la Déclaration ») ratifié par la France en 2007, ainsi qu’à la création de l’Instance permanente sur les questions autochtones, du Mécanisme d’Experts sur les droits des Peuples Autochtones et du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des populations autochtones.

 

Nous sommes  d’une remarquable diversité dans le monde: nous comptons plus de 5 000 groupes répartis dans quelque 90 pays. Nous représentons plus de 5 % de la population mondiale, soit environ 370 millions de personnes. Nous devons nous efforcer de renforcer les partenariats qui aideront à préserver  notre vigueur culturelle tout en permettant de réduire la pauvreté et de favoriser l’intégration sociale et le développement durable.

Nous devons garantir notre participation en tant que  peuples autochtones – aussi bien les femmes que les hommes – à tous les niveaux de la prise de décisions, y compris dans les débats sur la manière d’avancer plus vite vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et sur l’élaboration du programme de développement pour l’après-2015. Nous avons  fait savoir sans ambiguïté que nous voulons  un développement qui tienne compte des facteurs culturels et identitaires et la possibilité de définir nos  propres priorités. LES DROITS, LES POINTS DE VUE ET LES BESOINS DES PEUPLES AUTOCHTONES DOIVENT DONC ORIENTER LE PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT POUR L’APRES-2015.

La Conférence mondiale des populations autochtones, qui se tiendra l’an prochain, offrira l’occasion de promouvoir la cause des peuples autochtones dans le monde entier.

Nous demandons à la France et à son président de prendre des mesures concrètes pour éliminer les obstacles auxquels nous, devons faire  face, en particulier la marginalisation et l’exclusion, en honorant tous les  engagements et en réfléchissant à ce qu’ils pourraient faire de plus.

Nous demandons à la région dans ses nouvelles programmations financières de bien vouloir aider à la construction et au fonctionnement d’un centre d’accueil interculturel amérindien à Cayenne pour nos jeunes étudiants qui pourrait sécuriser leurs parcours scolaires et universitaires.

Nous demandons aussi le soutien de la région Guyane pour la mise en place d’un fonds fiduciaire qui pourrait  constituer une première étape pour un fond de développement en faveur des peules autochtones de Guyane. Ce fond pourrait être soutenus par des réserves issues de projets carbone, ou de produits issues des rémunérations des connaissances et savoirs  traditionnelles entres autres.

Œuvrons ensemble pour renforcer les droits des peuples autochtones et pour soutenir leurs aspirations. Créons un monde où la richesse de la diversité humaine est appréciée à sa juste valeur et où les vastes possibilités qu’elle offre se concrétisent sans entrave.

Vive le peuple Wayana, vive le peuple Wayapi, vive le peuple Teko, vive le peuple Lokono, Vive le peuple Pahikweneh, vive le peuple Kali’na

Vive les peuples et nations autochtones de Guyane

Vive la Guyane

JR THERESE PORTE PAROLE DE LA FOAG09 AOUT 2013- KalaniP1010550

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article